Le paysage urbain

Paysage urbain

Le paysage urbain

 

Introduction

Au XIXe siècle, Paris connaît de grandes mutations urbaines. La ville se transforme et, avec elle, le paysage urbain. De nombreux artistes ont mis en scène ce nouveau paysage urbain.

 

Documents

Document 1: Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Section "Tableaux parisiens", "Paysage", 1861.

Document 2: Emile Zola, La Curée, 1871.

Document 3: Gustave Caillebotte, Toits sous la neige, 1878.




Document 1

Charles Baudelaire (1821-1867) est un poète français dont l'œuvre se trouve à la croisée de nombreuses influences (le classicisme, le romantisme, le Parnasse et le symbolisme). Il s'inspire des mouvements artistiques et littéraires de son époque tout autant qu'il s'en détache par sa façon de concevoir l'art et la littérature.

Baudelaire est aussi à l'origine de la modernité. Témoin des mutations urbaines de la capitale, il est le premier à s'être intéressé au thème de la ville et à en avoir fait  un objet littéraire, poétique, esthétique.

Baudelaire est l'auteur des Fleurs du Mal (1861) dont le poème "Paysage", d'influence romantique, est extrait. "Paysage": 2 strophes de huit et dix vers respectivement composées d'alexandrins à rimes suivies.

 

Paysage

Je veux, pour composer chastement mes églogues1,
Coucher auprès du ciel, comme les astrologues,
Et, voisin des clochers2 écouter en rêvant
Leurs hymnes solennels3 emportés par le vent.
Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde4,
Je verrai l'atelier5 qui chante et qui bavarde;
Les tuyaux6, les clochers, ces mâts7 de la cité,
Et les grands ciels qui font rêver d'éternité.

II est doux, à travers les brumes, de voir naître
L'étoile dans l'azur8, la lampe à la fenêtre
Les fleuves de charbon monter au firmament9
Et la lune verser son pâle enchantement10.
Je verrai les printemps, les étés, les automnes;
Et quand viendra l'hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir11 dans la nuit mes féeriques palais.
Alors je rêverai des horizons bleuâtres12,
Des jardins, des jets d'eau pleurant dans les albâtres13,
Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin,
Et tout ce que l'Idylle14 a de plus enfantin.
L'Emeute15, tempêtant vainement16 à ma vitre,
Ne fera pas lever mon front de mon pupitre17;
Car je serai plongé dans cette volupté
D'évoquer le Printemps avec ma volonté,
De tirer un soleil de mon cœur, et de faire
De mes pensers brûlants une tiède atmosphère.

Charles Baudelaire, 1861, Les Fleurs du Mal, "Tableaux parisiens", "Paysage".

 

Notes (définitions tirées du Petit Robert)

1 Petit poème pastoral ou champêtre (ex. les Eglogues de Virgile).

2 Bâtiment élevé d'une église dans lequel on place les cloches.

3 Qui est célébré avec pompe, qui a une gravité propre ou convenable aux grandes occasions.

4 Chambre aménagée dans un espace situé entre le dernier étage et le toit et dont un mur est en pente du fait de l'inclinaison du toit.

5 Lieu où travaille un artiste (peintre, sculpteur).

6 Canal fermé, conduit à section circulaire ou arrondie, tube destiné à faire passer un liquide, un gaz.

7 Pièce de bois, poteau servant à porter, supporter quelque chose.

8 Poét. Le ciel, l'infini.

9 Litt. La voute céleste, le ciel.

10 Opération magique qui consiste à enchanter (syn. charme, ensorcellement, incantation, sort, sortilège). Enchanter: soumettre à une action surnaturelle.

11 Construire, édifier, élever, ériger.

12 Qui tire sur le bleu, qui n'est pas franchement bleu.

13 Objet d'art (coupe, statuette) en albâtre (variété de gypse compact).

14 Petit poème ou petite pièce, à sujet pastoral et généralement amoureux.

15 Soulèvement populaire, souvent spontané et non organisé, pouvant prendre la forme d'un simple rassemblement tumultueux accompagné de cris et de bagarres.

16 Sans obtenir de résultat, inutilement.

17 Petite table à couvercle incliné, servant à écrire.

 

Activité de compréhension

Baudelaire Paysage Association de paires.htm

 



Document 2

Emile Zola (1840-1902) est un écrivain et journaliste français. Principal représentant du mouvement naturaliste, il est l'auteur des Rougon-Macquart, une fresque romanesque qui compte vingt volumes et met en scène la société française sous le Second Empire à travers l'histoire des différentes générations de la famille des Rougon-Macquart. Témoin des travaux d'urbanisme du baron Haussmann, il y décrit un Paris en pleine mutation urbaine.

La Curée (1871) est le deuxième volume des Rougon-Macquart. L'intrigue se déroule à Paris à l'époque des grandes transformations urbaines. Saccard, le personnage principal, amasse une rapide fortune en spéculant sur les futurs terrains à bâtir.

 

Deux mois avant la mort d’Angèle, il l’avait menée, un dimanche, aux buttes1 Montmartre. La pauvre femme adorait manger au restaurant; elle était heureuse, lorsque, après une longue promenade, il l’attablait dans quelque cabaret2 de la banlieue. Ce jour-là, ils dînèrent au sommet des buttes, dans un restaurant dont les fenêtres s’ouvraient sur Paris, sur cet océan de maisons aux toits bleuâtres, pareils à des flots pressés emplissant l’immense horizon. Leur table était placée devant une des fenêtres. Ce spectacle des toits de Paris égaya3 Saccard. Au dessert, il fit apporter une bouteille de bourgogne4. Il souriait à l’espace, il était d’une galanterie inusitée5. Et ses regards, amoureusement, redescendaient toujours sur cette mer vivante et pullulante6, d’où sortait la voix profonde des foules. On était à l’automne; la ville, sous le grand ciel pâle, s’alanguissait7, d’un gris doux et tendre, piqué çà et là de verdures sombres, qui ressemblaient à de larges feuilles de nénuphars nageant sur un lac; le soleil se couchait dans un nuage rouge, et, tandis que les fonds s’emplissaient d’une brume légère, une poussière d’or, une rosée8 d’or tombait sur la rive droite de la ville, du côté de la Madeleine et des Tuileries. C’était comme le coin enchanté d’une cité des Mille et une Nuits, aux arbres d’émeraude, aux toits de saphir, aux girouettes9 de rubis. Il vint un moment où le rayon qui glissait entre deux nuages fut si resplendissant, que les maisons semblèrent flamber et se fondre comme un lingot d’or dans un creuset10.

Emile Zola, 1871, La Curée.

 

Notes (définitions tirées du Petit Robert)

1 Petite éminence de terre (syn. colline, hauteur, monticule, tertre).

2 Établissement où l'on sert des boissons (syn. bistrot, café, débit, estaminet).

3 Rendre gai, amuser (syn. distraire, divertir, ébaudir, réjouir).

4 Vin des vignobles de Bourgogne.

5 Inhabituel, extraordinaire.

6 Se multiplier, se reproduire, croître en grand nombre et très vite.

7 Être pris d'une mélancolie douce et rêveuse, d'une tristesse vague ou d'un manque d'activité, d'énergie (syn. apathie, indolence).

8 Condensation de la vapeur et dépôt de fines gouttelettes d'eau sous l'effet du rayonnement de la terre.

9 Plaque de métal qui, en tournant autour d'un axe vertical placé au sommet d'un édifice, indique, par son orientation, la direction du vent.

10 Récipient qui sert à faire fondre ou calciner (brûler) certaines substances et qu'on utilise en chimie, dans l'industrie (syn. coupelle).


Activité de compréhension

 Zola La Curée Vrai ou Faux.htm




Document 3

Gustave Caillebotte (1848-1894) est un peintre français. Issu d'un milieu fortuné, il devient le mécène de ses amis, les peintres qui intègreront le mouvement impressionniste. Caillebotte a représenté, entre autres, le nouveau Paris haussmannien.

 

 toits-sous-la-neige.png

 

 

 

 

Gustave Caillebotte, 1878, Toits sous la neige. Huile sur toile, 64x82cm.


Activité de compréhension

Consigne: Répondez aux questions suivantes.

1. Caillebotte représente un paysage urbain, industriel. Quels sont les éléments caractéristiques de ce type de paysage?

2. Quelle est la saison représentée?

3. Quelles sont les couleurs utilisées par Caillebotte? Quel(s) sentiment(s) cela suggère-t-il?

4. La ligne d'horizon se trouve en haut du tableau. Le ciel sombre est réduit à une simple bande grise. Quelle(s) sensation(s) cela provoque-t-il?

 

 

 

Activités type Bachibac

Question de langue

Consigne: Expliquez le vers 11 du poème de Baudelaire. Que représentent les «fleuves de charbon» qui «monte[nt] au firmament»?

..............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

 

Question d'argumentation (250 mots)

Consigne: Pour vous, Paris est-il une ville industrielle, une ville magique?

............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

 

Essai (300 mots)

Consigne: En quoi la littérature permet-elle de transfigurer le réel?

............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

..............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

 

Pour la correction, cliquez ici !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site