Les mouvements littéraires

Les mouvements littéraires et artistiques des XIXème et XXème siècles.

Un mouvement littéraire ou culturel est un ensemble d’œuvres (littéraires, artistiques, culturelles…) et d’auteurs, partageant la même conception et la même pratique de l’art sur une période donnée. Le mouvement littéraire est identifié par ses thèmes dominants et ses genres privilégiés. Bien qu’il soit défini dans le temps, son influence peut-être postérieure à lui. Enfin, le mouvement littéraire nait souvent d’une réaction à celui qui l'a précédé.

Voici les principaux mouvements littéraires qui ont marqué les XIXème et XXème siècles :

-le Romantisme (1820-1850): se caractérise par la revendication de l’expression du moi. Le Moi est sujet et objet du poème. Il exalte aussi l’expression des sentiments, des sensations, des émotions et de l’intimité. Le mot est tout puissant ; il n’a pas seulement pour rôle de reproduire le réel, mais il est créateur d’un autre espace. Les auteurs représentatifs sont Victor Hugo et Alphonse de Lamartine.

-« le Parnasse » (1850-1860): est une réaction au mouvement romantique. Les « Parnassiens » trouvent le lyrisme des romantiques excessifs et dénoncent leur engagement politique : selon eux, le poète ne doit pas s’engager en politique. Ils refusent une poésie de l’expression, de l’effusion des sentiments et privilégient le travail sur la versification (=la construction des vers). Ils sont à la recherche de la perfection technique. Les thèmes développés sont liés au savoir, à l’étrange, à l’exotique ou à l’antique. Ce mouvement fut un échec car les poèmes étaient souvent trop compliqués et difficiles à comprendre. Les auteurs représentatifs sont Leconte de Lisle et Théophile Gautier.

-le Dandysme (1820-1870): est un culte de soi-même, un désir de distinction fondé sur l’originalité personnelle. Le « dandy » soigne sa parure, son langage et a le goût de la transgression. Il ne se repose pas sur le travail ou les privilèges de la naissance. Le dandy ne crée pas son œuvre, son œuvre est la vie même. Baudelaire considère le dandysme comme le dernier éclat de l’héroïsme dans une période de décadence.

-le Réalisme (1830-1870): est une réaction contre l’idéalisme et le lyrisme du romantisme. On voit se développer le genre du roman. Il s’agit d’un désir de représenter la réalité le plus fidèlement possible. Il y a un souci d’objectivité et une recherche du « vrai ». Les auteurs représentatifs sont Flaubert, Balzac et Stendhal.

-le Naturalisme (1870-1890): est un mouvement né de l’influence des sciences et des débuts de la psychiatrie. Il renforce l’idée du réalisme et voit apparaître le roman expérimental qui se base sur l’individu et les relations sociales. Les auteurs représentatifs sont Zola et Maupassant.

-le Symbolisme (1869-1896): met l’accent sur le rôle du langage, seul apte à déchiffrer l’univers considéré comme le « symbole d’un autre monde » (« l’homme intérieur est le ciel sous sa petite forme et le ciel est un grand homme » Baudelaire). Il existe une correspondance étroite entre l’homme et l’univers. Le symbolisme s’oppose au monde matériel. Tout est fugace et éphémère. La mélodie des poèmes est d’une très grande importance (vers libre, non respect des formes traditionnelles). Les symbolistes s’intéressent aussi beaucoup à l’inconscient. Les auteurs représentatifs sont Mallarmé, Rimbaud, Baudelaire et Verlaine.

-le Surréalisme (1924-1969): est né au lendemain de la Première Guerre Mondiale et concerne tous les genres littéraires. Il s’agit d’une expérimentation de l’inconscient suite au rejet du rationalisme. L’art devient un instrument de libération et de révolution. On voit apparaître les jeux d’écriture et les nouvelles images métaphores. Les auteurs représentatifs sont Breton, Eluard et Aragon entre autres.

-l’Absurde (1938-1960): est d’abord un courant philosophique qui se développe pendant l’entre-deux-guerres. Il s’agit d’une expression de l’absurdité de la condition humaine et de l’étrangeté de l’Homme, énoncée par Albert Camus. On le voit apparaître dans les romans et au théâtre où naissent le refus des représentations traditionnelles et du mouvement réaliste. Les auteurs représentatifs sont Camus, Sartre, Beckett et Ionesco.

-le Nouveau Roman (1950-1980): est le nom d’un ensemble d’œuvres romanesques marquées par la déconstruction du roman traditionnel. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un renouveau du roman avec une remise en question du personnage et un refus du déroulement chronologique. Les auteurs représentatifs sont Michel Butor, Nathalie Sarraute ou encore Claude Simon.   

         

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×